8 juillet.

 

Retour au laboratoire pour récupérer le résultat de mon test AMH.

En à peine quelques jours, les informations me tombent dessus, je ne sais pas vraiment dans quoi j’ai mis les pieds mais j’avance, sans filet. Et comme quelqu’un qui se penche un peu trop pour vérifier le niveau du puit, ce jour-là…

 

 

Les chiffres sont éloquents : dans la fourchette de valeurs de référence qui se situe entre 1.50 et 6.50, apparemment, je ne suis qu'à 1.85 ng/ml... Les doutes émis par D. se confirment et le petit luxe invisible, celui-là même que j’imaginais être mon privilège de jeune fille à moi depuis toutes ces années disparait d’un coup. 

 

 

 

Aujourd'hui,
quelque chose vient de mourir, 

je ne verrai plus jamais le monde
comme avant.

Le 8 juillet (suite).
Le jour même, j’informe D., ma correspondante américaine du résultat du test AMH. 

De D. à moi:

Bonjour Emilie,

Votre AMH est bas mais quand même dans la normale acceptée. Donc vous pourriez être une donneuse si les parents éventuels vous acceptent car nous devons leur dire que votre AMH est bas donc il n’y aura pas une grande quantité d’ovocytes. Vous devrez de plus prendre plus de médications.

Sa réponse me soulage, je me dis que si une clinique américaine avec ses critères drastiques se dit prête à accepter ma candidature pour faire un don malgré mon résultat, il y a une chance pour que je sois acceptée chez moi, en France, si tant est que le décret pour les nullipares passe un jour. Et secrètement, je ne désespère pas qu’il passe bientôt. Mais quand même, je reste inquiète, 1.85 ng/ml, c’est vraiment bas...
Le 10 juillet.

De moi à D.:

Rebonjour D., 

D’accord. 

Est-ce que le fait de devoir prendre plus de médications 

peut avoir des conséquences sur ma santé ?

Le fait d’avoir moins d’ovocytes que la moyenne réduit-il mes chances d’avoir des enfants plus tard ?

Comment cela se passe ?

13 juillet.

De D. à moi:

Bonjour Emilie

La médication effectivement est pour la stimulation ovarienne. En prendre plus ne devrait pas avoir de conséquences sur votre santé surtout quand c’est bien contrôlé, mais évidemment, je ne peux rien vous promettre car ce sont des médicaments et nous ne savons jamais comment quelqu’un réagira à n’importe quelle médication.


Oui, le fait d’avoir moins d’ovocytes, il sera plus difficile pour vous d’avoir des enfants. Vous devrez peut-être être suivie en infertilité, mais comme je vous l’ai déjà dit, il ne faut qu’un bon ovocyte pour avoir un enfant.

Si vous faites un cycle avec des parents éventuels, nous ne partageons pas les ovocytes, tout les ovocytes du cycle sous stimulation ovarienne leur appartiendront. 

(...)

Au début de notre correspondance, n’ayant pas la possibilité de faire un don en France, j’avais demandé des renseignements à cette clinique pour comprendre la procédure américaine. Je n’avais pas l’intention de faire un don d’ovules aux Etats-Unis mais au fil des mails cette dame semblait très réceptive à mes interrogations et je me suis prise au jeu mi-ambigu - mi-inconscient de la candidate au don d’ovules aux US. Petit jeu pas vraiment innocent et non sans risque puisque j’ai certes accumulé bon nombre d’informations mais je me suis mise à me poser beaucoup de questions. Des questions auxquelles je ne m’attendais pas moi-même. En l’espace de quelques jours seulement, cette somme informative s’est vite transformée en une masse de données envahissante et une inquiétude noire est apparu, se greffant incidieusement à ma curiosité vicérale. Et contre toute attente, c’est cette inquiétude générée par le mauvais résultat d’une simple prise de sang qui m’aura fait prendre puissamment conscience de quelque chose: 

 

 

I.

 

MON VENTRE EST DOTÉ D’UNE MACHINE

CAPABLE DE PRODUIRE UN ÊTRE HUMAIN 

 

II.

CETTE MACHINE NE SEMBLE

PAS BIEN FONCTIONNER

J’échangerais encore quelques mails avec D. mais la confrontation avec moi-même est assez lourde et indescriptible pour que je ne donne plus suite. A partir de ce jour, toute ma pensée et mon cheminement intellectuel seront intrinsèquement liés à cette double annonce. Et cette immensité qui s’est présenté à moi me fait maintenant face alors je n’ai pas le choix, je la fais mienne, désormais 1.85, ça sera moi.

Partie 1

Partie 2

Partie 3

BellyWesternProject - 2015-2019.

  • Facebook